L'important incendie qui sévissait ce samedi soir dans les Bouches-des-Rhône a provoqué d'importantes perturbations sur le réseau SNCF dans le Sud-Est, ayant notamment endommagé une caténaire. 

Conséquence collatérale: le train de nuit Nice-Paris, parti en début de soirée, est resté immobilisé de longues heures en gare de Cannes. Il a finalement regagné son point de départ vers 0h30, avec à son bord environ 370 passagers.

 

Une partie des voyageurs a pu être hébergée par des proches sur la Côte d'Azur. L'ouverture de la salle Leyrit a, un temps, été envisagée pour héberger le reste des passagers. Mais les autres naufragés du rail ont préféré passer la nuit en gare, à bord du train-couchettes.

La police nationale, la Suge (police ferroviaire) et la Protection civile 06 ont assuré la prise en charge des voyageurs. Ceux qui sont restés à bord se sont vu distribuer de l'eau et un repas.

 

Photo C.C.

"MIEUX ICI QUE DANS LES FLAMMES!"

"Nous avons été sollicités par la préfecture vers 0h30 pour porter assistance à des gens bloqués en gare de Nice suite au feu d'Aubagne", explique Jérémy Crunchant, cadre opérationnel à la Protection civile 06. "Ça va surtout être gênant pour les passagers, car on ignore combien de temps ils vont devoir attendre..."

 

Sur le parvis de la gare Thiers, les naufragés racontent leur mésaventure, entre une bouffée de cigarette et quelques pas, entre résignation et compréhension. "On était en gare de Cannes quand on nous a annoncé qu'on restait bloqués, à cause d'un incendie. On l'a bien pris, car c'est pour notre sécurité. Il vaut mieux être ici que dans les flammes!", sourient Sylvie Picout, 54 ans, et Estelle Lannoy, 38 ans, deux Calaisiennes. "Comme nous n'avons pas de famille ici, on a préféré passer la nuit dans le train. Ils nous ont distribué des repas, ils ont été sympas. On passe une nuit supplémentaire sur place, c'est pas si mal, non ?"

Dans l'attente du départ À bord, certains passagers se sont montrés moins compréhensifs à l'annonce des perturbations, exprimant leur colère, témoigne Yvan Gareau, autre Calaisien de 17 ans. "On était déçus, mais ils font ça pour notre sécurité. Je préfère passer une voire deux nuits ici, que passer par là..."

De leur côté, deux Parisiennes prenaient leur mal en patience, attendant impatiemment des nouvelles dans la matinée. Les perturbations dans les Bouches-du-Rhône pourraient encore faire sentir leurs effets collatéraux ce dimanche.

Reportage NICE-MATIN / CHRISTOPHE CIRONE

 

 
0
0
0
s2sdefault

Castagniers, Carros, Biot, Auribeau-sur-Siagne, Saint-Vallier ... plusieurs départs de feu dans différentes communes des Alpes-Maritimes sont venus entâcher l'été azuréen semant parfois la panique dans la population.

A Carros-les-Plans, au-dessus de la zone industrielle, le feu a pris violemment et a parcouru 90 hectares à proximité des habitations. Une maison a été détruite, deux autres partiellement et dix-sept personnes évacueées. 

Le feu au milieu des habitations à Carros le 24 juillet (phto @ Valery HACHE / AFP)

Sur demande la ville de Carros, la Protection Civile des Alpes-Maritimes a mis en place un dispositf de soutien socio-psychologique pour venir en aide à la population.

En collaboration avec la Cellule d'Urgence Médico Psychologique du SAMU 06, des sauveteurs socio-psy et des psychologues ont assuré une prise en charge des sinistrés et impliqués.

Pendant 48h, les équipes ont effectué des rondes dans les quartiers les plus touchés à la rencontre des habitants.

Un action saluée par les Carrossois et par leur maire, Charles Scibetta qui a levé le Plan Communal de Sauvegarde.

Un accueil téléphonique psychologique a été mis en place : 04 92 03 33 35

0
0
0
s2sdefault

A l'issue du dispositif mis en place pour l'hommage municipal du 14 juillet à Nice, la Protection Civile des Alpes-Maritime a reçu la médaille Grand Or de la Protection Civile des mains de son président national, Paul Francheterre.

   

Paul Francheteterre agrafe la médaille Grand Or sur le drapeau de la Protection Civile (photo Diane Camilleri)

Devant le président départemental Thierry Garzio, le directeur départemental Eric Criscuolo, le docteur Françoise Nicolroy qui a assuré le suivi pyschologique et les bénévoles, Paul Francheterre a salué le dévouement et l'abnégation de tous les secouristes lors de cette terrible mission.

La médaille Grand Or souligne et récompense le bénévolat et les actions méritantes. Cest la plus haute distinction nationale au sein de la Protection Civile.

0
0
0
s2sdefault

Découvrez ou re-découvrez la cérémonie d'hommage municipal aux victimes de l'attentat de Nice avec le président national de la Protection Civile, Paul Francheterre, invité sur le plateau de France 3

0
0
0
s2sdefault

La Protection Civile des Alpes-Maritimes vient de recevoir la médaille d'or pour acte de courage et dévouement à titre collectif suite à son engagement lors de l'attentat survenu sur la Promenade des Anglais le 14 juillet 2016.

Cette récompense honore l'acte héroïque, le courage et l'immense abnégation de tous les bénévoles de la Protection Civile qui sont intervenus dès les premières minutes et pendant 17 jours aux côtés des victimes et de leurs proches.
 
C'est la plus haute distinction qui puisse être décernée pour acte de sauvetage et c'est la première fois qu'une Association Départementale de Protection Civile la reçoit.
 
"C'est une immense reconnaissance que nous partageons avec tous les bénévoles qui se sont mobilisés et qui honore les couleurs et les valeurs de la Protection Civile dans son ensemble" précise Thierry GARZIO, le président départemental.
 
Aux côtés de 9 autres institutions, la Protection Civile des Alpes-Maritimes sera décorée formellement à l'occasion de la cérémonie d'hommage aux victimes le 14 juillet 2017 à Nice en présence de nombreux élus et du Président de la République.
0
0
0
s2sdefault